Est-elle si étonnante?

De temps en temps quand France Inter passe des publicités, je zappe sur d'autres radios. Et qu'entends-je sur fun radio ?

"Gagnez le dreampack en téléphonant à "     tel numéro.

Analysons la chose : le "dream pack",  le "paquet d'objets de rêve". Qu'en est-il? Un I phone et une place de concert gratuite. Est-ce ce dont je rêve? Est-ce ce dont je devrais rêver? C'est ce qui est induit dans la formule : vous devriez rêver de ces objets.  Ajoutez à cela la publicité pour Bouigues qui vous montre une famille devenant cinglée en obtenant des objets connectés pour Noel et ajoutez encore les publicités d'une façon générale (qui financent mon blog) et vous aurez compris que nous sommes tous pourris par un système financé par la publicité et donc par nous même puisque, à priori, la publicité est financée par nos achats. Nous sommes donc prisonniers du système de "gratuité" par la publicité.

Ce système est profondément dangereux car il nous rend stupides. Je ne dis pas qu'il faudrait interdire fun-radio d'émettre, un peu de musique pop n'est pas désagréable, mais le CSA pourrait avoir son mot à dire. Entre un système répressif comme Cuba où les gens sont pauvres, mais cultivés ( la lecture était obligatoire et diffusée dans les usines grâce à des hauts parleurs !) et notre socièté du divertissement, ne pourrait-on pas revenir à la raison? Rappelons l'exemple de TF1, chaine publique devenue privée : l'idée qui avait été présentée au gouvernement était : on fera une chaine culturelle avec des émissions scientifiques pour les enfants etc.. pendant que l'on présentait aux grandes marques publicitaire le vrai visage du projet : on rendra la chaine divertissante pour rendre perméable à vos spots publicitaires l'esprit des téléspectateurs !Comme le disait Patrick Le Lay, président directeur général de TF1  en 2004 :

" A la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible".
Je n'ai jamais eu la télévision. Il y a des PC chez moi : pour faire de la musique, pour fabriquer des films, pour écrire un livre, pour le traduire en anglais. Pas pour se divertir passivement. Si, cela arrive aussi. J'ai bien vu trois ou quatre films cette année. Pas désagréable de se détendre un peu, mais il ne faut pas passer son temps à se crétiniser sous prétexte de se détendre après le boulot.
D'autre part pour obtenir un objet dont on rêve il ne suffit pas de téléphoner au hasard d'une radio, il s'agit de travailler.